Traduire en français Translate in english



Description of the Eiffel Tower


How to describe an international monument also known as the Eiffel Tower? The best solution seems to be to stay simple and describe what you see. We can see that this is a metallic tower made of interlocking joists resting on the ground on 4 massive pillars. Its general shape is close to the pyramid, but differs from it by the small but existing curvature of its sides. It is composed of two parts: The lower part, characterized by four pillars, which lie at the top of this part, and a high part, which is the continuation of the elevation of the pillars at the moment of their joining. This junction is at the level of a platform that corresponds to the second tower of the tower, the first being approximately half way down from the ground, while the third is near the top.

The links below explain how the floor is and gives what to see.

Detail of the Parvis

Detail of the First floor

Detail of the Second floor

Detail of the Intermediate floor

Detail of the Third floor

At the top of the monument, above the 3rd floor, is a room where the radio and television equipment allowing broadcasting of the waves are installed, then the various TV and radio antennas. Among the details, the first floor has a decorative arch beneath its floor, and each pillar has an elevator to allow a quick climb up to the 2nd floor, or another elevator allows the climb up to the 3rd floor.


General Form

The Eiffel tower is a puddled iron structure, an iron that has lost some of its carbon and therefore rusts less quickly. It is pyramidal in shape with slightly curved sides. It measures 324m high and is divided into 4 parts separated by a floor. Until the second floor the tower is made of 4 distinct pillars, but from there they join in a single pylon which rises vertically to the top. The floors are successively at altitudes of 57m, 115m and 276m. There is an intermediate stage, between the second and third, but it is unused nowadays. In the 19th and early 20th century, it served as a trans-shipment platform for the passengers going to the top because the elevators were not able to rise so high at one time.

The tower is decorated with arcades on the level of the first floor and each floor has different buildings: restaurants, shops, museums, observation galleries, and even, in the winter, an ice rink. The elevators facilitate the rise of the visitors but it is possible to climb the tower by the staircase up to the 2nd floor.


Orientation of the tower

The Eiffel Tower is built in the axis of the Paris Mars Field, which is itself oriented at approximately 45 ° to the meridian. By building a square base tower, the four pillars are focused on the 4 cardinal points. So there is naturally a North pillar, a West, a South and an East. In order to be more technical, Gustave Eiffel and his engineers had numbered them from 1 to 4, in this order, but nowadays it is a notion that has been lost.


The rest of this document is the descriptive text given by Gustave Eiffel in his book, "La tower de 300m". It is much more precise, rather technical, and of a style of the late nineteenth century which may seem a little heavy at times. So before going any further, here are some documents that may interest you:



General shape

From a general point of view, the Eiffel Tower is a 4-sided pyramid-shaped metal structure, each side of which is slightly concavely curved (see Board I, Figures 1 and 2). It is divided in height into 4 parts. The lower part, between the floor and the first floor (57.63 m), the second between the first and second floor (115.73 m from the ground), the third between the second and third floor (located at 276.13 m) and the fourth from the third to the top (324 m above ground)


Elévation

Elévation

The second floor marks a change in the structure of the tower. From the ground to the second floor, the four pillars are distinct, while from there the pillars merge into a single column rising to the top. The pillars are made of square boxes superimposed on each other, their sizes varying according to their heights relative to the ground. On the ground precisely, the pillars are supported on masonry bases, themselves deeply anchored in solid foundations. The pedestals are placed in a square of 124m of side, forming the grip of the tower on the ground. (see Plate III, figure 2) From the ground to the first stage of large lattice girders which support the first stage and intersect the pillars forming a first horizontal girdle, these pillars have a constant inclination and their faces also have a constant width of 15 meters. This inclination is 65 ° 48'49 '' in the plane of the faces and 54 ° 35'26 '' in the diagonal plane which contains the projection of the post axis.

Beyond the first stage, their inclination becomes variable as well as their width, which gradually decreases to the second stage, where it is only 10.41 m.

On this second floor, new horizontal beams cross the four uprights; but, above, the mode of construction changes: the outer faces of the uprights join together in pairs, their inner faces disappear, and there is no longer in this upper part of the Tower, but a large single box of truncated quadrangular pyramid whose base, at the height of 115.73 m at 31.70 m and of which that at the third level, ie at the height of 276.13 m, has only 10 , 00 m.

Arches of 74 meters in diameter develop between the uprights on the lower floor; but their role is purely decorative. On the first floor, restaurants are located in the spaces between the uprights of the same side; moreover, an outer covered gallery, carried by consoles and having 270 meters of development, goes around the building. All the space between the uprights and in the interior of them, carries a floor leaving a large central void surrounded by a guardrail.

The total surface area of the floors of this floor, net of voids for the passage of the elevators, but including the gallery, is 4,010 square meters. The area covered by galleries and restaurants is 2,760 square meters. The second floor also has an exterior gallery established in the same manner as the first floor, but of a lesser development (136 meters). The floor extends on this floor on the entire section of the Tower, without central vacuum, and gives an area of 1360 square meters. On this floor there was a Prinery, a Figaro press, closed shelters and various kiosks at the end of the 19th century. The third floor is completely covered and gives with the external consoles an area of ​​270 square meters. It forms a kind of cage glazed by movable mirrors, from which the visitors can, with the shelter of the wind that frequently reigns at these heights, observe the panorama that surrounds them.

Immediately above this covered area, there is a terrace that the builder reserved for himself, the center is occupied by scientific laboratories and by a small room used for receptions. Above this central building are placed the cross beams supporting the transmission pulleys of the elevators. They are surmounted by the four large arches by day supporting the lighthouse of the summit. The small platform of 1.70 m is supported on the upper dome of this lighthouse. of diameter, which is exactly at the height of 300 meters above the ground.

It can be easily accessed by internal ladders, and the lightning-conductor is no longer above itself.


Description technique

The technical description is based on certain notions of architecture, so you sometimes have definitions that can be displayed independently of the text. These are the links in italics. The texts below are largely inspired by the book 'The Tower of 300m', written by Gustave Eiffel himself in 1900, but as it is sometimes a rather heavy style (obsolete, nowadays), some sentences were taken differently. And you have an introduction to each part because otherwise it is a bit heavy to read. The technical description begins with the rafters, which are the large curved beams rising from the pedestals, at ground level, at the top. They are the ones who provide the general structure of the Eiffel Tower.

The description therefore begins with the connection between the masonry pedestals and the crossbars.


Base-crossbow connection

As indicated in detail below, the crossbowmen are not directly fixed on the pedestals, the latter have a sabot on which a counter-shoe is fitted, which is fixed to the end of the crossbow. Between the two, there is room to put a very large hydraulic cylinder. It is the presence of this jack that sometimes makes say that the Eiffel tower is mounted on cylinder. The following paragraph details this mechanism.


Les arbalétriers en fer reposent sur les pierres de taille du couronnement par des appuis en fonte et en acier moulé. Ces appuis n'étaient pas fixes, au moment de la construction de la tour, ils permettaient d'avoir un peu de jeu entre le socle et les arbalétriers, à leurs bases. Pourquoi ? La raison est qu'il était impossible, à l'époque, de régler d'une manière très précise les poutres du départ dans la position prévue. Or, un écart infime dans l'angle d'élévation, dans la position, ou dans l'orientation des arbalétriers et les piles ne se joignaient pas comme il faut, au niveau du premier étage. Il fallait donc prévoir un système pour modifier l'orientation, l'angle ou la position une fois la pile terminée, surtout que le poids même de la structure pouvait provoquer un tassement dans le sol. Ces appuis (voir planche VI, fig. 7) sont donc faits en deux parties ayant l'une par rapport à l'autre une certaine mobilité. La partie inférieure est un sabot en fonte ayant une base à peu près de 1m80 de côté à travers lequel passent deux grands boulons d'ancrange noyés au centre de chaque massif. Cette base est surmontée par une partie carrée dont les parois de 100mm d'épaisseur laissent entre elles un vide de 0,783m de côté. La hauteur totale de ce sabot est de 0,915 m.

Le sabot supérieur ou contre-sabot est en acier moulé, le bas pénètre en partie dans le vide du sabot inférieur; les faces latérales du bout s'emboîtent exactement dans l'intérieur du losange formé par chaque arbalétrier. Ceux-ci reposent par leur tranche dressée avec soin sur une saillie aménagée sur le pourtour de la partie moyenne. C'est au-dessous de cette saillie qu'on interpose des cales en fer d'épaisseur convenable par lesquelles se fait l'appui sur le rebord du sabot inférieur. Les tirants d'ancrage s'attachent sur l'extérieur de l'arbalétrier à l'aide d'un étrier en fer forgé de 20 mm d'épaisseur, rivé sur des goussets saillants portés par l'arbalétrier. Leur écrou s'appuie sur cet étrier par une rondelle en acier de 0,10m de hauteur, épousant aussi complètement que possible le vide laissé entra les goussets. Pour rendre possible l'introduction des cales entre le contre-sabot et le sabot inférieur, on avait ménagé à l'intérieur de ce dernier un vide suffisant pour y loger un vérin hydraulique puissant, capable de développer un effort de 800 000 kilos.

See also: Construction of the basements.


Bars to first floor

Starting from the pedestal, the crossbowmen climb to the top. The next chapter explains how the 4 rafters are for each of the 4 stacks and why they do not work all 4 in the same way. It also indicates how these crossbowmen are noted in the remainder of this document, and what are their sections, positions, etc. This is only for the part going from the base to the first stage, which is the part supporting the greatest effort.

This is explained in the first paragraphs below. The remainder is a long, but interesting, technical explanation of the different strut parts, with their dimensions, their positions, and the explanation of why angle brackets have been added. It is a bit heavier to read, it must be said.


Les arbalétriers formant les arêtes de chacun des montants ont une section horizontale carrée de 80cm de coté à l'intérieur, représentée dans la planche XXXI, section XXVIII à XXV. L'obliquité de leur axe par rapport à l'horizontale est de 54° 35' 26'' suivant la ligne de plus grande pente, c'est-à-dire suivant la diagonale du carré de la base de la Tour, de 65° 18',48'' dans le plan rabattu de la face et enfin de 03°, 18' 43'' dans le plan vertical (voir planche IX, fig. 5). En raison de cette obliquité, la coupe normale à leur axe n'est plus un carré mais un losange, représenté figure 8, dont les faces sont inclinées de 78°,21' 44'' l'une par rapport à l'autre.

Les quatre sections carrées sont disposées au sommet d'un carré de 13,00 m de coté. Les arbalétriers portent les lettres a, b, c, d, la lettre R désignant l'arêtier le plus voisin de l'axe de la Tour, les autres lettres se rapportent dans leur ordre aux arêtiers rencontrés en tournant autour de l'axe du montant dans le sens des aiguilles d'une montre, de telle sorte que les arbalétriers portant les mêmes lettres sont égaux ou symétriques. D'une manière générale, les montants à l'extrémité d'une même diagonale, tels que 2 et 4, 1 et 3, sont égaux sauf en position de certains goussets d'attache, et ils sont symétriques par rapport à ceux qui leur sont voisins suivant les côtés du carré de la base. Les faces elles-mêmes de ces arbalétriers sont en général différentes et portent les numéros 1 a 10 (voir planche IX, fig. 1). La section horizontale de la partie inférieure (section XXVIII, arbalétrier a) est un carré dont les cotés ont 877 mm mesurés extérieurement. Ils sont formés par deux tôles jointives de 400 mm de largeur sur 18,5 mm d'épaisseur, réunies par un couvre-joint longitudinal de 200 x 12 et par deux cornières de 100 X 100x12.

La liaison des quatre tôles est faite par quatre cornières d'angle de 100x100x12. La surface de cet arbalétrier est de 05.002 mm2 donnant un poids de 748Kg par mètre courant. Les autres arbalétriers de cette section sont disposés de même et différent seulement du premier par l'épaisseur des tôles, laquelle se réduit à 17 mm pour les arbalétriers c et d et à 16 mm pour l'arbalétrier c. Les calculs donnent la raison de ces différences et montrent que, d'une manière générale, l'arbalétrier intérieur est celui qui supporte le plus grand effort, l'extérieur, celui qui supporte le moindre et que les deux latéraux travaillent également à un effort intermédiaire. Leur section est de 91.192 mm2 donnant un poids de 711Kg par mètre courant pour les arbalétriers a et d, et 87.992 mm2 donnant un poids de 686Kg par mètre courant pour l'arbalétrier c.

L'ensemble donne une section de 366.308 mm2 représentant un poids par mètre courant de 2.856 Kg. La position des rivures des tôles sur les cornières d'angle a été déterminée de manière a ce que la dimension extérieure du tronçon reste constante.

La hauteur des panneaux d'un montant, c'est-à-dire la distance de deux entretoises horizontales réunies par une croix de Saint-André (croix en forme de X) est de 11,00 m en projection sur le plan vertical (Planche VIII, fig. 8) et de 12,31 m suivant le plan des faces (Planche IX, fig. 8), La longueur d'arbalétrier comprise entre les axes des entretoises est en nombre rond de 13,50 m et a été divisé en trois parties de 4,50m en nombre rond, laquelle est la longueur de chacun des tronçons. Cette longueur n'avait pas été prise plus importante afin que le poids de chacun des tronçons, qui est de 700Kg environ par métre courant, ne dépasse pas sensiblement la limite de 3.000Kg que l'on s'était fixée pour la facilité du montage.

Par l'adoption de cette longueur, il existe trois joints dans chaque panneau; celui du milieu correspond à 1'entretoîse intermédiaire, laquelle ne transmet pas d'effort et constitue simplement une entretoise d'écartement; les deux autres sont à des dislances égales de l'entretoise principale, de sorte que la transmission des efforts qui s'opère par celle-ci et par les deux barres de treillis qui s'y attachent se fait sur le milieu méme d'un tronçon et dans de meilleures conditions pour la facilité de l'assemblage que si sur ce noeud on rencontrait un joint.

Quant ou joint lui-même, toutes les pièces qui constituent le tronçon viennent s'arrêter dans un même plan normal à l'axe : toutes les tranches des fers qui doivent venir buter l'une contre l'autre en contact parfait sont dressées avec le plus grand soin, mais en outre, bien entendu, les joints sont recouverts par des couvre-joints, dont les sections, ainsi que celles des rivets d'attache, sont toujours au moins égales à celles des arbalétriers (voir Planche IX, fig. 21 a 20).

Des cadres d'entretoisement placés tous les deux mètres environ assurent l'indéformabililé du caisson : ils sont formés par des cornières pinçant des goussets triangulaires (voir Planche IX, fig. 28) laissant entre eux un espace suffisant pour le passage d'un homme. Cette possibilité de circulation sur toute la longueur d'un arbalétrier a été jugée indispensable pour l'entretien et le renouvellement de la peinture à l'intérieur ainsi que pour tout remplacement de rivets, si cela était nécessaire. Enfin un trou d'homme de 0,50x0,345 m est ménagé au droit de chacun des joints dans l'une des faces; il permet d'effectuer la rivure en livrant passage à un teneur de tas qui pénètre dans l'intérieur du caisson.

Les tronçons portent en outre rivés sur les cornières les goussets découpés qui servent d'attache des entretoises et des treillis (Planche IX, fig. 10 à 17). Les tronçons d'arbalétriers des quatre premiers panneaux sont analogues à ceux que nous venons de décrire et ne différent que par l'épaisseur des tôles, qui varie de 17 mm à 13,5 mm ainsi que l'indique la planche XXXI, à laquelle nous nous reportons. Les sections varient peu, soit de 366.308 à 331,368mm, c'està dire de 2.856Kg à 2.608Kg par mètre courant. Les entretoises courantes, au nombre de trois par face, sont construites suivant une forme qui se retrouvera dans un grand nombre des parties de la Tour et que nous avons adoptée parce qu'elle n'exige pour une grande rigidité qu'une quantité de métal relativement faible et que, qualité très importante, les pièces ainsi formées travaillent aussi bien à la compression qu'à la traction. C'est celle d'un caisson de grande section formé par quatre cornières reliées dans leurs quatre faces par d'autres cornières disposées alternativement à 43°. Ces entretoises sonl représentées planche IX, fig. 31 et 32. Le caisson a sensiblement la même dimension que l'arbalétrier, c'est-à-dire 800 mm de hauteur et une largeur sensiblement égale : les cornières qui le composent sont des cornières de 80x80x10 reliées par des cornières de 45x45x5 disposées pour des raisons d'aspect en treillis double dans les plans verticaux et en treillis simple dans les plans horizontaux (voir fig. 8 de la planche IX). L'attache de ces cornières est indiquée dans la figure 27 de cette même planche.

Ces entretoises, dont l'aile est en saillie extérieurement, viennent s'assembler extérieurement par le plat de leurs faces verticales de cornières sur les grands goussets découpés de 8 mm d'épaisseur rivés sur les tronçons. Elles sont interrompues dans leur milieu pour le passage d'un lien longitudinal placé dans l'axe de la face et ayant la même section : les saillies des cornières sont également extérieures, el la liaison se fait sur un gousset évidé en forme d'étoile (voir fig. 8, 18 et 29, planche IX).

Entre les entretoises principales délimitant le panneau, sont disposées les entretoises intermédiaires d'écartement (fig. 8 et 19) lesquelles sont identiques aux premières comme section. Il en est de même pour les treillis disposés en croix de Saint-André et venant se croiser avec l'entretoise intermédiaire du panneau; mais pour celui-ci, dont les sections sont formées par des cornières variables (voir planche XXXI) de 80x80 à 90x90 et 100x100, ces dernières ont leur aile en saillie intérieurement et viennent l'attacher par les faces intérieures des goussets découpés. Les rencontres se font sur un gousset central (fig. 20, pl. IX); l'une des barres de treillis est continue et l'autre interrompue. Le lien longitudinal dans l'axe est continu; l'entretoise horizontale est interrompue.

A la partie inférieure, il était nécessaire pour assurer d'une façon complète l'écartement et l'inclinaison des premiers tronçons et constituer une base absolument indéformable, d'établir des entretoises d'une grande hauteur formant de véritables poutres. Ces poutres ont dans les faces extérieures (pl. VII, fig. 1 et 5) une hauteur de 3,387m laquelle se réduit à 2,00 m dans les faces intérieures afin de donner aux portes d'accès dans les piliers une hauteur suffisante. Ces poutres sont en double paroi et sont représentées planche X, fig. 1 à 11; leurs membrures supérieures et inférieures sont formées par un fer plat de 200 x 9 armé par une cornière de 80 x 80 x 10. Le treillis double qui les réunit est formé par des cornières de 70x70x8 (voir attache fig. 2); réunies elles-mêmes d'une paroi à l'autre par des plats de 33x7 (voir fig. 3 et 8). La liaison des parois est assurée par un treillis en N de cornières de 45x15x5.

Toules les parois des montants sont si rigides et sont reliées soit au niveau des appuis, soit à celui du premier étage par des ceintures si puissantes qu'il est inutile d'entretoiser la Tour dans les divers plans horizontaux. Cela, du reste, n'eût pas été possible en raison de la nécessité de livrer passage aux ascenseurs. On aurait pu néanmoins sans inconvénient de ce point de vue, disposer au niveau de chaque panneau une entretoise diagonale E réunissant les arbalétriers b et d (voir IX, fig. 30); cela n'a été fait en vue principalement des facilités du montage et aussi pour servir d'attache aux poutres de l'escalier.

Cette entretoise a une longueur très grande, 21,21 m, par rapport à sa hauteur qui, comme les autres pièces constitutives du montant, ne doivent pas avoir plus de 800 mm (voir fig. 37); aussi a-t-on été obligé de lui donner une forme spéciale. Elle comporte, dans sa coupe transversale (voir fig. 31) au centre, une poutre verticale de 0,715 m de hauteur formée par 4 cornières de 80X 80 x 10 réunies par un treillis en cornières de 50 x 50 x 6. Sur ces cornières vient se fixer une cage en losange, dont les angles sont constitués par deux cornières longitudinales de 80 supportant un quadruple réseau en N de cornières de 50x50x6 qui viennent s'emboutir soit sur les faces horizontales des cornières de la poutre, soit sur les faces verticales des cornières d'angle. L'ensemble de cette poutre est pris entre deux goussets horizontaux qui s'attachent eux-mêmes sur les goussets des entretoises horizontales des panneaux (voir fig. 40).

See also: Construction des piliers.


Panel 5 and beams on the first floor

The panel 5 is the last before the first stage, it is different from the others because it must support the load of the platform of the first stage. The text below explains precisely how this panel No. 5 was done and how these beams are to support the buildings on the first floor.


Au niveau du panneau 5, dont la hauteur suivant le plan vertical est de 7,00 m et la hauteur verticale en rabattement de 7,53 m, régnent les grandes poutres formant la première ceinture d'entretoisement des montants ( Planche VII, fig. 1 et planche VIII, fig. 8). Elles sont en outre destinées à porter la plate-forme sur laquelle sont installés les restaurants et les galeries du pourtour.


Ensemble

L'ensemble de cette ossature est représenté dans la planche XVI, fig. 7 et 8. Les arbalétriers sont réunis de l'un à l'autre montant par de grandes poutres en treillis intérieures et extérieures de 7,53 m de hauteur situées dans le plan des faces (fig. 9) et réunies à leur partie supérieure par des poutres transversales de 4,00 m de hauteur espacées de 3,882 m. C'est sur ces poutres transversales que repose le solivage formant le plancher des restaurants.

Ces poutres, fortement contreventés par des pièces diagonales, ont une longueur de 38,25m à la partie inférieure et de 32,70 m à la partie supérieure (fig. 6). C'est sur celles-ci que sont fixées les consoles supportant la galerie de circulation et les balcons intérieurs (fig. 11).

Le treillis du panneau 5, qui lui forme suite, est disposé non plus en forme de croix de Saint-André (c'est à dire en forme de X), mais en treillis multiple dont les barres ont sensiblement la même inclinaison que celles des poutres (voir fig. 6).

Enfin, dans le vide du montant sont disposées à angle droit deux poutres principales, e, f (Fig. 9), supportant des consoles en porte à faux destinées à ménager le vide de l'ascenseur (See alsoplanche VIII, fig. 2); ces consoles sont maintenues par des poutres placées dans leur prolongement et venant se fixer sur les faces extérieures du montant. Dans l'axe de ces mêmes poutres, sont placées les consoles de la galerie de pourtour régnant sur les faces extérieures. Cet ensemble étant ainsi sommairement décrit, nous allons entrer dans quelques détails sur la construction.


Panneau 5

Les arbalétriers qui le composent ne sont plus en prolongement de ceux des panneaux inférieurs; en bas de ce panneau existe un coude assez prononcé, 4° environ. Ils s'infléchissent dans le joint qui existe en ce point, de telle sorte que les axes forment un angle de 176°,3',20" (planche X fig. 10). La section de l'arbalétrier est celle portant le numéro XXIV dans la planche XXXI; elle est analogue à celle des arbalétriers inférieurs et de méme dimension extérieure, soit 877 mm mesurés horizontalement. La section totale des montants est de 316.500 mm2, soit 2.470 kg par mètre courant.

Le treillis de ce panneau est représenté dans la planche X, fig. 14 et 17. Il est formé par une poutre à double paroi dont les membrures inférieures et supérieures sont constituées par une âme de 500 x 10 raidie par une cornière de 100 x 100 x 12, placée intérieurement. Chacune de ces membrures vient s'appliquer sur les goussets des arbalétriers et reçoit un treillis disposé à 45° formé par des cornières de 80x80x8 pinçant une âme de 120 x 6. Les deux parois sont réunies l'une à l'autre par un montant vertical à treillis représenté figure 10. Les poutres principales, e et f, sur lesquelles viennent s'assembler les consoles en porte à faux entourant le vide de l'ascenseur, ont une hauteur de 4,00 m. L'une d'elles, la poutre e, est représentée dans la planche XI, fig. 75.


Grandes poutres

Les grandes poutres sont représentées dans la planche X, fig. 21 pour leurs détails et dans la planche XI, fig. 70 et 71 pour leur disposition d'ensemble.

Leurs membrures sont formées par des tôles de 800 x 12 armées par des cornières de 100 ouvertes ou fermées sur lesquelles sont rivées les semelles supérieures de 800 mm de largeur sur 48 mm d'épaisseur. La membrure inférieure qui se relie aux poutres décoratives de l'arc est représentée dans la planche XIII bis, fig. 2. Le treillis qui les réunit est disposé à 45° et comporte des barres formées par des semelles et des cornières dont les dimensions sont indiquées dans la planche XXXIV, soit pour la poutre extérieure, soit pour l'intérieure. Les deux parois sont réunies par un solide montant vertical représenté planche X, fig. 22; son âme est en tôle pleine sur toute la hauteur des attaches des consoles ou de celles de la poutre transversale. La liaison des grandes poutres intérieures et extérieures est faite par les entretoises transversales de 4,00m de hauteur, représentées dans la planche XI, fig. 72; leur espacement est de 3,8825 m. Elles sont elles-mêmes entretoisées longitudinalement par des poutres de même hauteur (voir fig. 73) dans lesquelles un des panneaux a été réservé pour constituer un sous-sol avec plancher, représenté planche XVI, fig. 9.


Panels 6 to 10 (First to Second Floor)

Between the 1st and 2nd floor the problems are a little different since the 4 piers have a common point of attachment, the plateau of the 1st floor, which can be considered as large spacers. Here is the continuation of the description of the Eiffel Tower, the part between the first and second floors.


Au delà du premier étage, quatre panneaux portant les numéros 6 à 9, se suivent analogues â ceux du premier étage, ces à dire que leurs arbalétriers sont de même forme et réunis par des entretoises horizontales et de grandes croix de Saint-André à treillis reliées par une poutre centrale. L'entretoise intermédiaire a été supprimée ainsi que l'entretoise transversale de contreventement. En raison de la rigidité des parois et de leur rapprochement du plan vertical, cette suppression ne présentait aucun inconvénient; elle était du reste exigée par la nécessité où l'on était de livrer passage aux ascenseurs. La hauteur de ces panneaux est de 11,00 m dans le plan vertical, sauf le dernier, qui n'a que 10,20 m. L'axe des arbalétriers s'infléchit ou droit de chacune des entretoises et leur angle avec l'horizontale suivant le plan de la face, passe de 72°,49',50,à 7°'10'' (voir planche Vll, fig. l). Leur écartement diminue progressivement de 15,00 m, largeur au niveau du premier étage, à 11,32 m au-dessous de la première ceinture du deuxième étage. Leur section est représentée dans la planche XXXI (sections XXII l b XX); elle se compose simplement de quatre tôles jointives assemblées entre elles par des couvre-joints longitudinaux, et fixées sur des cornières d'anglede 100x100x12, sans addition de cornières de renfort.

Leur surface lotate diminue notablement et passe de 252.704 mm2, soit 1071 Kg par mètre courant à 222,524 mm2, soit 1735 kg par mètre courant. Les enlretoises et les treillis sont des caissons identiques à ceux de l'étage inférieur. Le panneau 10, qui a une hauteur de 10,00 m en projection verticale, comprend une ceinture formée par des poutres à treillis serré de 3,00 m de hauteur d'axe en axe des membrures, et par des poutres en treillis largement espacés, de 6,56 m de hauteur ( planche VII, fig. 2), lesquelles sont représentées à l'échelle de 0,02 m par mètre dans la planche planche XII, figures 1,2, 3 et 4.

Comme elles jouent principalement un rôle décoratif, elles sont constituées par des éléments de faible épaisseur, 5 mm en général; celle-ci est la plus faible à laquelle nous soyions descendus pour les tôles et fers plats des parties constitutives de la Tour. Les treillis, très rapprochés, sont formés par des âmes de 300 x 5 raidies par des cornières de 30 x 30 x 4, s'assemblant sur des âmes qui ont 0,60 m à la partie supérieure et 0,50 m à la partie inférieure. Les deux parois de chacune de ces poutres sont réunies par de légères cornières de 45 x 45 x 5, de manière à former des caissons.

Le panneau 11 correspond à la ceinture supérieure qui porte le plancher du deuxième étage.

See also: Construction des étages.


Floor of second floor

The floor of the second floor is fairly well described in the document 'The 300m tower', written by Gustave Eiffel. The text below, slightly adapted, shows how this floor is formed. If the explanations can reject, with the diagrams of the boards, it is much simpler and in the end, this part of the Eiffel Tower is relatively easy to understand, you just have to dive into it.


Ce plancher est représenté dans son ensemble planche XVI, figure 12. Les arbalétriers de chaque montant sont réunis deux à deux par des poutres A, B, C, D, représentées dans la planche XII, figures 1, 2 et 3. Ce sont des poutres en treillis à double paroi de 5,03 m de hauteur. Les membrures (une semelle de 300 x 12, deux âmes de 450 x 8 et 450 x 11, deux cornières ouverte et fermée de 100 x 100 x 12) sont reliées par des barres en double cornière de 80x80x8, venant se croiser sur un gousset central porté par un montant vertical à treillis.

Dans l'intervalle des montants sont disposées trois entretoises, F, de 1,50 m de hauteur, représentées dans la planche XVII, figure 37. Ces entretoises, formées en treillis, sont supportées du côté de la poutre C par une grande console complétant la hauteur du panneau.

Le montant lui-même doit donner passage à l'ascenseur et à l'escalier venant du premier étage. Les deux poutres métalliques G et H, qui limitent le vide de l'ascenseur, sont à âme pleine de 0,75 m de hauteur (planche XVII, fig. 30) supportées par une console évidée pour le passage de l'escalier.

Les poutres en treillis 1 qui les réunissent aux poutres du pourtour, ont la même hauteur (fig. 41) et sont supportées par une grande console, comme les précédentes. Ces différentes consoles ont pour but d'équilibrer celles de la galerie extérieure.

Des contreventements sont placés à la partie supérieure des entretoises, qui reçoivent un solivage avec le hourdis Perrière.

Dans la partie centrale, qui doit recevoir les montants de l'ascenseur, est disposé un grand cadre rectangulaire formé par des poutres pleines de 2,00 m de hauteur (planche XVI, fig. 12 et 13), O et P, R, T, reposant sur la semelle supérieure des poutres de pourtour.

Sur les poutres O, s'appuie une nouvelle poutre, S, représentée dans la figure 43 de la planche XVII. Enfin les poutres V, (planche XVI, fig. 12 et 13), de 1,30 m de hauteur supportent les cylindres de l'ascenseur et viennent s'assembler sur la poutre R (pl. XVII , fig. 33).

See also: Construction des étages.


Panels 12 to 29 (Second to third floor)

The description of the Eiffel tower is continued by that of the panels going from the second to the third floor. These are the panels 12, which is just above the platform of the second stage, at the panel 29, the last one, at the top of the tower. What is important to note is that from the 2nd floor, the 4 stacks gather in a single pylon, so the 16 crossbowmen (4 per stacks) are now only 4.


A partir du deuxième étage, l'ossature n'a plus que quatre faces au lieu de seize; les arbalétriers de l'angle intérieur s'arrêtent au plancher de la deuxième plate-forme et les arbalétriers b et d se rapprochent dans une même face, pour se réunir entre les panneaux 17 et 18.

Jusqu'au panneau 17 (planche XXXI, sections XII À XVII) le nombre des arbalétriers est de douze; leur section est un carré de 0,50 m de coté, se rapportant à deux types : l'un pour l'arête extérieure c, l'autre pour l'arbalétrier intermédiaire b ou d.

Au delà (sections I à XI), il ne subsiste plus que l'arêtier c qui prend la forme d'un angle droit, et l'arbalétrier intermédiaire bd, qui prend celle d'un simple T; les faces des uns et des autres ont une largeur de 500 mm.

Les surfaces de toutes ces sections sont données dans la même planche XXXI et varient comme section totale de 501.681 mm2 soit 4.000 kg par mètre courant à 208.672 mm2, soit 1.630 kg par mètre courant. Comme terme de comparaison, nous rappelons que la section totale moyenne dans le premier étage correspond à un poids de 11.000 kg et dans le deuxième étage de 7.200 kg.

Ces 17 panneaux, dont la hauteur totale est de 140,40 m, ont une hauteur partielle qui varie, suivant la verticale, de 11,30 à 5,832 m et, en rabattement, (planche VII) de 11,40 m à 5,831 m. La largeur des panneaux varie de 10,412 m à 5,00 m, et celle des faces de 31,701 m au niveau du deuxième étage à 10,00 m au-dessous du campanile.

La courbe extérieure est donnée par des changements d'inclinaison qui se produisent en général au droit des entretoises de deux en deux panneaux, sauf pour les panneaux 14, 15 et 18, qui ont chacun une inclinaison spéciale, et pour les quatre panneaux supérieurs, dont l'inclinaison est constante. Cette inclinaison varie de 82°25',29" à 87°12'31".

La planche XII, figure 5, donne la disposition de ces panneaux constitués, en outre des arbalétriers, par des entretoises et des croix de Saint-André. Les entretoises sont en caissons de 600 mm de hauteur et 520 mm de largeur, formés par quatre cornières d'angle de 80x80x10 et quatre faces de treillis en cornières de 45x43x5. Les croix de Saint-André qui sont, rappellons-le, en forme de X ont la même largeur, mais une hauteur de 500 mm seulement; les cornières d'angle varient de 90x90X13 à 80x80x8; elles sont réunies par le même treillis de 45 x 45 x 5. Ces pièces s'assemblent sur des goussets découpés rivés sur les faces des arbalétriers.

Cette même planche donne également le raccordement des arbalétriers inférieurs avec les supérieurs. Le joint normal se fait à 4,97 m au-dessus de la face supérieure de la poutre du deuxième étage; au-dessous de ce plan la coupe et l'entretoise intérieure sont données figure 8. A 4,20 m au-dessus, se trouve un autre joint correspondant à la nouvelle section horizontale de 500 mm, donnée, ainsi que l'entretoise intérieure, par la figure 6. L'intervalle est formé par un tronc de pyramide de raccordement dont les faces extérieures sont dans le plan de celles des arbalétriers inférieurs, de manière que l'arête extérieure soit continue (voir XIII bis, figure 53 à 50).

La méme planche (fig. 57 ft 61) donne les arbalétriers intermédiaires b et d dans les panneaux 10 et 17, ainsi que le treillis qui les réunit (fig. 57) et le raccord de ces mêmes arbalétriers entre les panneaux 17 et 18. Leurs coupes respectives sont indiquées dans les figures 50 à 61. L'ensemble de ces panneaux 16 à 18 est représenté dans la planche XII bis, figures 16 a 24.

Les coupes des arbalétriers du panneau 12 au sommet sont données planche XIII bis, figures 20 a 26. Aux attaches des entretoises et des barres de treillis, sur la hauteur nécessaire à l'attache, le caisson des arbalétriers angulaires est complété et fermé sur ses quatre faces. De distance en distance, tous les 2,50 m environ, les arbalétriers sont entretoisés par des goussets d'angle s'opposant à la déformation des faces. Les joints sont distants de 5 à 7 mètres; ils sont soigneusement ajustés et recouverts de couvre-joints.

Au niveau de chaque entretoise, se trouve un entretoisement horizontal complet représenté dans les diagrammes de la planche VIII, figures 13, 14, 15, 18, 19, 20, 21, 22. Si les entretoisements n'étaient pas nécessaires dans les parties inférieures, il n'en est pas de même dans la partie supérieure : les faces sont plus larges et l'épaisseur des parois est beaucoup plus faible. Aussi était-il tout a fait indispensable de constituer un entretoisement complet maintenant tous les arbalétriers dans leur position relative.

Ces entretoisements laissent la place nécessaire au passage de la cabine de l'ascenseur vertical. Ils se composent tous d'une entreloise diagonale, A, à treillis de 1,00 m de hauteur et de plusieurs autres entretoises en caisson et également à treillis d'une hauteur de 300 mm. Ces poutres, du panneau 12 au panneau 10 (fig. 13, 14 et 15), portent les lettres B, C, D, E, F et réunissent deux à deux les arbalétriers intermédiaires symétriques, parallèlement aux diagonales : on constitue ainsi deux rectangles égaux perpendiculaires l'un à l'autre. Les faces supérieures de ces caissons sont réunies elles-mêmes par un grand treillis. A partir du panneau 17, jusqu'au panneau 27, les arbalétriers intermédiaires étant réunis en un seul, les deux rectangles se réduisent a un carré (fig. 18, 19, 20, 21). Enfin, jusqu'au panneau 29, le contreventement se réduit à l'entretoise diagonale.

Les contreventements précédemment décrits servent également à maintenir les poteaux-guides des ascenseurs et les escaliers de service conduisant du deuxième étage à la plate-forme supérieure, ainsi que l'indique la planche XII bis donnant tous les détails du contreventement situé entre les panneaux 17 et 18, figures 5 à 15.

A cet effet, la seconde diagonale d'entretoisement est formée par deux poutres, H el H', en forme de caisson en treillis de 600x600. Il est interrompu au droit des poteaux-guides de l'ascenseur, pour ménager le passage de la cabine. La poutre H (planche XII bis, fig. 7 el 8) a son extrémité maintenue à la poutre C' par deux poutres, K, formant contre-fiches, de manière à fixer rigidement le poteau-guide latéral B.

Le poteau-guide central A est un caisson de 0,80 m de hauteur (fig. 11 et 19), dont les membrures sont formées par une semelle de 0,60 m, réunie à 2 âmes de 0,25 m par deux cornières de 100. Les faces latérales sont en treillis double de cornières de 50x50x6. (Ce treillis est visible dans la figure 19 de la planche XXXII ter.)

Le poteau-guide latéral est également un caisson dont la hauteur est de 0,50 m, fig. 6 et 7. La semelle du coté des guides en fonte est pleine, celle du côté opposé est en treillis de fer plat de 60 x 8. La planche XII bis donne tous les détails relatifs aux poutres A, B et C (fig. 9, 10, 11, 14 et 15)

See also: Construction des étages.


Intermediate platform

Moving from the second to the third floor was not that simple, both from a tower construction point of view and from a practical point of view, for the elevators. The engineers therefore decided to go through an intermediate platform for transhipment of passengers. It therefore led to dividing this height into two equal parts, at the center of which was constructed a so-called intermediate platform and which, at the time of its construction, contained all the machinery of the elevator Edoux, the old elevator which served the 3rd floor. Since it has been replaced by two twin cabins and this platform no longer exists to exist.

The information below is therefore partially obsolete.


Le plancher intermédiaire, au niveau duquel se faisait le changement de cabine et qui portait toute la machinerie de l'ascenseur Édoux (pl. XIX, fig. 11). Ce plancher sert aussi de palier à l'escalier tournant conduisant du deuxième étage au troisième. Cet escalier, placé au départ dans la moitié gauche de la Tour, est reporté pour la partie supérieure dans la moitié droite de manière à laisser libre la course des cabines.

Le plancher intermédiaire est établi à mi-hauteur du panneau 19 ( planche VIII, fig. 17); il se compose de quatre poutres, B, C, H, D de 2,30 m de hauteur (planche XVI, fig 14 et 15), formant un carré qui relie les arbalétriers intermédiaires à lui, et sur le milieu desquelles viennent s'assembler des contre fiches inclinées destinées à donner la rigidité nécessaire aux arbalétriers d'angle entre les panneaux 10 et 20. Ce niveau était en effet trop rapproché de celui du plancher intermédiaire pour que l'on puisse effectuer un contreventement horizontal à cette hauteur.

Les poutres B, C, H (planche XVI, fig. 15 et planche XVII, fig. 45 a 61), qui supportent le réservoir de retour d'eau (volume 25 m3), ainsi que les cylindres et les poteaux-guides, ont besoin d'une grande résistance. Elles ont une âme pleine formée par 3 tôles jointives assemblées au moyen de couvre-joints de 150 x 12 et armées par des cornières verticales de 70 x 70 x 7. Les cornières qui la réunissent aux semelles sont de 100x100x12 et les semelles elles-mêmes, au nombre de 2 ou 3, ont une section do 300 x 12. La poutre D, de même hauteur, ne porte que le poteau-guide latéral; aussi l'âme pleine est remplacée par un treillis (fig. 60 et 61) dont les barres, constituées par 2 cornières de 80 x 80 x 9 et 70 x 70 x 8 rivées entre elles, s'assemblent sur une âme de 450 x 9.

L'assemblage des poutres B, C, H avec les arbalétriers s'opère au moyen de goussets coudés rivés sur la branche intérieure du simple T que forme la section des arbalétriers bd (planche XVII, fig. 45 et 48); celui de la poutre D s'opère d'une manière analogue ; il est dessiné fig. 60.

Les poutres B et H portent en leur milieu (planche XVI, fig. 14) une poutre A de même hauteur. Sur ce cadre puissant et fortement contreventé s'assemblent toutes les poutres secondaires destinées à porter les cylindres de l'ascenseur, les escaliers tournants et le plancher proprement dit.

Les contrefiches inclinées remplaçant le contreventement sont formées les unes par un caissons en cornières de 0,45 m de hauleur et 0,308 m de largeur (planche XVII, fig. 40, 53, 55), les autres par une poutre en treillis de 0,45 m de hauleur (fig. 58 et 59). Elles s'attachent directementaux arbalétriers et aux poutres principales par des goussets, sauf sous le réservoir où la poutre principale H porte une forte console, sur laquelle s'assemble la contrefiche correspondante (fig. 52 et 57).

Les poutres E de 1,20 m de hauteur (planche XVI, fig. 14-15 et planche XVII, fig. 40-47), destinées a supporter les cylindres de l'ascenseur, sont à âme pleine et s'assemblent sur les poutres C et A à 330 mm de leur semelle inférieure. Les cylindres s'y reposent par l'intermédiaire de trois poutres perpendiculaires aux premières; deux de celles-ci, espacées de 748 mm d'axe en axe, sont représentées en coupe, fig. 47, la troisième est placée près du poteau-guide central à 992 mm de celui-ci, fig. 14.

La poutre F (planche XVI, fig. 14 et 15 et planche XVII, fig. 40 et 51), qui supporte le noyau de l'escalier, est en forme de caisson de 700 mm de hauteur et s'assemble à mi-hauteur sur les poutres C et A. Les 2 âmes verticales, espacées de 400 mm, sont pleines; elles portent en haut et en bas des cornières de 80 x 80 x 8 sur lesquelles s'assemblent les treillis doubles formant les parois horizontales.

Toutes les autres poutres, K, N, O, P, B, S, T, U, X, Y, Z, de 180 mm de hauteur portent le plancher proprement dit et sont assemblées sur les semelles supérieures des poutres A, B, C, D, H, précédemment décrites. Certaines parties de ce plancher, destinées à encadrer exactement la cabine, sont supportées par des consoles, ;α, β (planche XVII, fig. 50), portant à leur extrémité des poutres de rive, LM (planche XVI, fig. 14 et 15), de 180 mm de hauleur. Le tout est recouvert par une tôle striée portée par des solives en fer.

La salle des machinistes de l'ascenseur Édoux est placée en contre-bas de cette platc-forme; son plancher (planche XVI, fig. 10 et 17; est formé de fers à T de 175 X 80x7 reposant sur les semelles inférieures des poutres A et C. Le sol du plancher est formé par des madriers non jointifs sur lesquels s'applique un parquet en bois.


Panel 29 (higher panel)

From the panel 29, which ends with the floor of the third stage, the rafters become vertical and present a special mode of connection which has been endeavored to make it particularly robust, in order to obtain at this higher level solidarity complete of all the crossbowers at the same time as to respond to architectural necessities.


L'ensemble de ce panneau est donné par les planches VIII, fig. 23 et 24, et VII, fig. 4, les détails par la planche XIV.

Pour obtenir le résultat désiré, on a réduit de moitié la largeur des panneaux par l'adjonction de faux arbalétriers intermédiaires (planche XIV, fig. 11). Ces pièces comprennent une semelle de 500x6 raidie sur les bords par des cornières de 60x60X6 et en son milieu par une poutre en treillis de 0,500 m de hauteur formée par 4 cornières de 60X60x6 et un treillis en fer plat de 50x6. A leur rencontre avec les ceintures inférieures, l'âme est pleine et des semelles sont ajoutées de manière à obtenir la section double T (planche XIV, fig. 12). Ce panneau 29 comprend :

A la base, une ceinture de 3,500 m de hauteur formée par deux poutres en caissons reliées par un treillis quadruple.

Au-dessus, douze petits panneaux reliés par des croix de Saint-André (croix en forme de X) et enfin des consoles de 7,207 m de hauteur fixées sur les faces extérieures des arbalétriers d'angle et destinées à supporter la galerie du troisième étage.

Les deux poutres formant la ceinture inférieure sont espacées de 3,900 m d'axe en axe (planche XIV, fig. 2, 6, 12), elles sont formées par des caissons réunissant les arbalétriers, et sur lesquels viennent s'assembler les faux arbalétriers intermédiaires. Les faces verticales de chacun de ces caissons sont pleines et comportent deux âmes de 600 X 6 raidies sur les bords par des cornières de 80 x 80 x 8 ; les faces horizontales sont en treillis simple composé de plats de 60x7. Le treillis quadruple reliant les deux caissons est composé de barres comprenant chacune 2 cornières de 60x60x6 rivées entre elles.

Le treillis des douze petits panneaux supérieurs est formé par des entretoises horizontales et des croix de Saint-André. Chaque élément comprend deux cornières de 70x70x8 rivées entre elles.

L'entretoise horizontale supérieure est constituée par 2 âmes verticales de 600 x 7, armées de cornières horizontales de 60x60x7 (fig. 2 et 6). Elle se prolonge sur chaque face sur 3,00 m de longueur et vient soutenir la galerie entourant la troisième plate-forme; son âme est alors en treillis double de cornières de 40 X 40 x 5, sauf aux extrémités, où se font les attaches avec les consoles de support et les poutres de rive. Ces dernières, de 850 mm de hauteur, à âme pleine armée par des cornières de 80 x 80 x 8, supportent au-dessus d'elles une seconde poutre à âme pleine de 3 mm et de 1,200 m de hauteur formant garde-corps, la main courante en bois est fixée sur des cornières de 40 x 40 x 5 rivées au haut de cette âme (fig. 2 et 7).

Les consoles supportant la galerie ont une hauteur de 7,207 m. Elles comprennent chacune deux âmes évidées de 6 mm d'épaisseur découpées suivant un arc de cercle de 9,280 m de rayon et assemblées sur des arbalétriers par des cornières de 100 x 100 x 10. Ces deux âmes sont réunies sur leur bord libre par des cornières de 60 x 60 x 7 à une semelle cintrée de 500 x 6 (fig. 13). Des croisillons et des entretoises horizontales les réunissent à différents niveaux ; le détail de celles-ci est indiqué fig. 2, 13 et 14.


Floor of the third floor

This floor, at + 309.63 and 273.63 m above the supports, has, in addition to the walkway of 3.00 m of free width located over its periphery above the brackets (Plate XIX, Figure 3), a central part through which the crossbowmen and the four intermediate crossbows pass; between the feet of these crossbowmen, to which are attached large consoles supporting the upper diagonal beams, are housed the cage of the cabin Édoux with its guides, the accesses to the lower staircase and the spiral staircase rising to the platform, a superior form of which Gustave Eiffel had reserved the enjoyment, and finally a certain number of shops of sale for small objects.

As you can guess, the Eiffel Tower no longer corresponds to this description today, it is especially the elevator Edoux which has disappeared, replaced by a double vertical cabin more recent. The gallery has also been rectified. The rest of the detail takes up the tower as it was in 1889, during its construction. The technical structure is the same, of course.


La forme est celle d'un carré de 16,56 m de cote à angles abattus, la longueur du grand côté est de 10,00 m et celle du petit 3,15 m.

La disposition générale des fers est donnée par les figures 18 et 10 de la planche XVI et les détails, coupes et attaches par les figures 62 à 84 de la planche XVII. Le diagramme est représenté aux figures 23 et 24 de la planche VIII.

Il comprend :

  1. Un cadre formé comme précédemment par une liaison des arbalétriers intermédiaires, interrompu sur un coté pour le passage de la cabine; les trois poutres qui le constituent, B, C, B', sont des poutres pleines, de 2,00 m de hauleur;
  2. Une poutre transversale, A, réunissant les poutres B et B', composée de même et portant le guide central de l'ascenseur et les cornières de suspension du réservoir de 3,00 m de diamètre situé au-dessous du plancher;
  3. Une poutre D portant le second guide de l'ascenseur, qui a seulement 1,50 m de hauleur;
  4. Deux poutres, F, complétant le passage de la cage et n'ayant à porter que le plancher, leur hauteur est de 0,40 m
  5. Trois poutres, E, supportant le plancher et consolidant les angles restés libres formés par les enlretoises des arbalétriers. Ces poutres ont également 0,40 m de hauleur.

Les poutres B, B' et C (planche XVII, 61, 62, 63, 64, 65 et 69) sont attachées sur les arbalétriers par des goussets coudés. Ce sont des poutres à âme pleine de 2,00 m de hauteur et 9 mm d'épaisseur avec deux joints longitudinaux, armées par des cornières de 90 x 90 x 11 et une semelle de 200 x 10.

La poutre A (même planche, fig. 69 bis, 70, 71, 75) est une poutre semblable aux précédentes, sauf qu'elle porte deux semelles; elle reçoit le poteau-guide central.

Les poutres A et C servent aussi de support à un réservoir en tôle de 3,00 m de diamètre et 3,80 m de hauteur (planche XXIII-bis, fig. 17) servant à la distribution de l'eau de l'ascenseur Edoux et dont le cube est de 25 m3. Elles portent les attaches de quatre tirants de suspension formés chacun par quatre cornières de 60 x 60 x 7. Ces tirants s'assemblent sur deux poutres transversales (fig. 1 et 2) passant sous une couronne en tôle de 0,45 m de hauteur sur laquelle est rivé le réservoir. Pour éviter tout balancement de celui-ci, les poutres sont reliées par des contre-fiches horizontales aux arbalétriers intermédiaires et au guide central. Une passerelle permet d'accéder au robinet d'arrêt placé au-dessous du réservoir.

La poutre D (planche XVII, fig. 72 et 73) à une âme pleine de 1,50 m de hauteur sur 8 mm d'épaisseur, armée par des cornières de 70 x 70 x 9.

Les poutres E el K (ifg. 76, 77, 78 et 80) sont des poutres pleines dont l'âme à 400 x 8 et les cornières 70 x70 x 9.

Quant aux solives du plancher, elles sont formées par des fers double T de 0,14 m. de hauteur, espacés de 0,73 m environ.

Un contreventement en cornières de 60 x 60 x 7 réunit les angles du carré dans lequel est inscrit le réservoir suspendu aux poutres A et C.

Le sol est formé par des madriers joints de 0,08 m placés sur les solives et recevant l'asphalte. La galerie-promenade a été surélevée de 0,18 m au moyen de lambourdes et d'un parquet de 25 mm recouvert de linoléum.


Fourth platform and reserved floor

This platform, located at the level of +312,21 (Plate XIX, Figures 3 and 6), has a 2.77 m wide terrace with guardrail and a square center building of 10,50 m containing, in addition to the cage of the elevator, a certain number of rooms allocated either to laboratories or to a reception room.


Sa forme est semblable à celle de la troisième plate-forme, c'est-à-dire qu'elle est celle d'un carré de 10,00 m de côté à angles abattus; les grands cotés ont 10,00 m de longueur et les petits cotés 2,30 m.

La sablière du pourtour (planche XIV, fig. 7 à 10) est un fer à U composé ayant une âme de 200 x 4 et des cornières de 40 x 40 x 5. Elle est supportée par des montants formés par une double cornière de 50 X 50 X 6 rivée sur la paroi pleine du garde-corps de la troisième plate-forme. L'une de ces cornières prolongée réunit trois fers ronds formant les lisses du garde-corps de la terrasse.

Sur cette sablière s'assemblent des fers à plancher de 120 x 5 x 48 espacés en général de 1,10 m, avec une certaine pente pour l'écoulement des eaux de la terrasse. Ils s'assemblent par leur autre extrémité (planche XIV, fig. 2) sur la membrure inférieure d'une poutre double à treillis formant une solide entretoise des arbalétriers. Celle poutre, logée dans l'intérieur des parois en bois limitant la partie centrale, a une hauleur de 2,50 m; ses membrures, formées par une âme de 250 x 7 et deux cornières de 80 x 80 x 9, sont reliées par un treillis à croix de Saint-André en cornières de 60 x 60 x 7 avec des montants intermédiaires recevant les attaches des solives. C'est à la partie supérieure de ces poutres que s'arrêtent tous les arbalétriers auxquels elles servent d'entretoises.

La partie centrale (planche XVI, fig. 20), ménage le vide de l'ascenseur et reçoit un certain nombre de poutrelles d'une hauteur uniforme de 0,25 m, sur lesquelles s'attachent les solives du plancher, de 0,12 m de hauteur (XVII, fig. 85 à 87).

Le plancher supérieur est composé d'une manière analogue (planche XIX, fig. 8); il est formé par des fers de 100 mm qui s'attachent sur la membrure inférieure des grandes poutres diagonales (XIV, fig. 4) et reçoivent un lambrissage recouvert de plomb.



See also:

History of the Eiffel tower




Copyright 2013 - 2018 - Any reproduction prohibited without the authorization of the author. This website is a private, unofficial site resulting from the compilation work of the works of different authors. Unless otherwise stated, the pictures are free of rights. To distinguish free illustrations from others, see: Documentary sources. Other Internet sites of the same author in other fields: Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes. Author of the website : See credits.